Les blessures au Rugby sont-elles graves ?

Les blessures au rugby sont souvent très impressionnante mais pas si grave
Le rugby est un sport collectif, loin des jeux de hasard le rugby oppose généralement deux équipes de quinze, treize ou sept joueurs. À la différence d’un match de football, le ballon ovale peut être porté à la main ou au pied. Et l’équipe qui aura marqué le plus de buts gagnera le jeu. Cependant, c’est un sport qui exige une grande force. Et il n’est pas rare que les joueurs se blessent…

Quelles sont les blessures les plus courantes ?

Quand le favori de l’équipe est blessé, c’est la catastrophe ! Or, personne n’est à l’abri des lésions sur le terrain. La plus courante est la lésion articulaire des membres supérieurs et des membres inférieurs. Néanmoins, les accidents graves sont rares pendant les matchs de rugby. On peut classer les blessures comme suit :
· Plus d’un tiers des blessures se trouvent sur les membres inférieurs
· Plus ou moins d’un tiers sur les membres supérieurs
· Et moins d’un tiers sur les autres zones du corps : ventre, tronc, tête…

Les différents types de blessure

On peut citer quelques-unes des blessures les plus fréquentes en rugby, à savoir
· les blessures de la cuisse : la déchirure musculaire est la plus courante. Celle-ci est surtout due à un placage ou à une mauvaise chute. Le plus grand inconvénient est que ce type de blessure peut être grave
· les blessures du genou : elles sont occasionnées par un choc direct ou une mauvaise chute. Cela peut entrainer des déchirures ligamentaires internes, des entorses ou même des lésions des ligaments croisés antérieurs
· les blessures de la cheville et de la jambe : le joueur peut souffrir d’une tendinite, d’une rupture du tendon d’Achille ou d’entorse. Mais les fractures sont rares
· Les blessures de l’épaule : elles sont exceptionnelles. Toutefois, elles peuvent causer une fracture de la clavicule, une luxation de l’épaule habituellement antéro-interne et une luxation de l’articulation située entre l’omoplate et la clavicule (acromioclaviculaire)
· Les blessures de la main et du poignet : ces blessures peuvent retarder la reprise du sport, notamment si le rugbyman a eu une fracture du scaphoïde ou une luxation d’un doigt remis en place sur la touche. Mais la fracture du métacarpe peut aussi survenir si le choc a été brutal
· Les blessures de la face : bien sûr, le visage n’est pas du tout à l’abri des chocs durant le match. On peut donc faire face à une fracture du nez et de l’os malaire, des maxillaires, de l’apophyse zygomatique habituellement. Mais il peut aussi y avoir des lésions dentaires et des plaies au visage
· Les blessures du rachis cervical : cette dernière est surtout très fréquente pendant et après une mêlée et peut engendrer des conséquences graves.

Que faire alors pour prévenir contre ces blessures, l’aggravation et la rechute ?

Effectivement, les blessures peuvent être plus ou moins graves selon les conditions physiques de chaque joueur et selon le choc subit. La prévention consiste donc à :
· Informer les joueurs dès leurs plus jeunes âges sur les règles du jeu
· Faire des examens pour déterminer si telle ou telle personne peut pratiquer ce type de sport ou non
· Faire un suivi des sportifs après chaque match pour détecter d’éventuelles blessures et lésions
· Réaliser des entraînements appropriés avant les matchs
· Protéger le rachis pendant les entraînements pour réduire le risque de chocs.